comprendre le credit immobilier

Demandez sans plus attendre votre simulation pour votre crédit Immobilier ! C’est simple et gratuit et très rapide, accord de principe en moins de 2 minutes !

Rate this post

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le crédit immeuble est le produit qui vous donne l’occasion de disposer le montant nécessaire pour se fournir ainsi qu’à réhabiliter une maison ou bien autre propriété.
Comme autrefois mentionné, les établissements de crédit exigent une garantie avant d’accorder un prêt. Dans le d’hypothèques, le détenteur de la garantie de prêt (hypothèque) le bien lui-même, qui existera transféré à l’institution financier en de non-paiement. En plus de ces garantie hypothécaire, vous offrez, comme pour un prêt personnel, votre garantie personnelle.

Caractéristiques du crédit Immobilier

La garantie réelle de l’actif hypothéqué donne une plus grande sécurité à l’opération, ce qui signifie réduction des risques pour l’entité financière. Pour ce raison, et du fait des montants élevés requis pour dénicher une maison, périodes de remboursement sont plus longues et les taux d’intérêt sont inférieurs à ceux des prêts personnels. Ces de de deux ans ans éléments caractérisent avant tout les prêts hypothécaires.
Un crédit immeuble être associé à un livret d’exploitation ou à un compte chèque or nom des emprunteurs. En d’autres termes, vous devrez avoir un compte à vue dans lequel le montant du prêt sera payé et les versements mensuels seront encaissés.
En raison de la longue durée et du montant économique du prêt, contracter une hypothèque est l’une des opérations financières les plus importantes pour une ainsi qu’à un individu.

Types de crédits Immobiliers

Le dénonciation d’intérêt est le prix que entités demandent pour prêter leur argent. Les banques peuvent accorder des prêts hypothécaires à intimité fixe, variable ou bien mixte.

Taux d’intérêt fixe : Le récit d’intérêt et donc le paiement revue à payer restent fixe pendant tout le temps du prêt.

L’avantage de cette modalité est que vous saurez à l’avance si vous devrez payer chaque mois, dépourvu vous soucier des hausses et des baisses de taux. Comme inconvénient, un rapport plus élevé est habituellement établi au immédiatement de la conclusion du contrat que pour prêts hypothécaires à récit variable. Les délais de remboursement autorisés sont également plus courts ; un maximum de 20 est habituellement fixé.
Taux d’intérêt variable : Le étreinte d’intérêt variable est révisé annuellement ou semestriellement (parfois trimestriellement) et est ajusté aux conditions du marché à ce moment-là, en fonction d’un indice de référence tel que l’Euribor* (par exemple Euribor + 2,1). L’avantage de ces modalité est qu’au pressant de la conclusion du contrat, le conséquence d’intérêt major est généralement inférieur à celui des prêts hypothécaires à étreinte fixe et l’option d’un délai de remboursement plus long est généralement offerte, normalement entre 20 et 30 ans, même plus. Avec un relation d’intérêt variable, vous courez le risque de devoir payer un versement plus élevé si les gain d’intérêt augmentent, bien que vous puissiez en bénéficier s’ils diminuent.

Il existe divers outil financiers pour couvrir le danger de hausse des tarifs. Cela veut dire que, dans l’hypothèse ou effet augmentent, la banque paiera or client la différence entre ce qu’il doit payer et un certain montant mensuel. Cependant, ces articles ont propres risques : si les dépendance baissent, c’est l’acquéreur qui devra payer la banque, et peu de fois ces montants être pas mal élevés.
Taux d’intérêt composite : Dans ce cas, un proportion d’intérêt fixe est appliqué pendant une période majuscule (généralement entre trois et de de cinq ans ans ans), qui devient alors un effet variable. Le montant à payer pourrait augmenter ainsi qu’à diminuer selon l’évolution du bénéfice d’intérêt de l’indice de référence utilisé.

Certains des rapprochement d’intérêt de référence officiels pour les prêts hypothécaires :

L’Euribor est la “référence interbancaire à un an”, un procès-verbal fait chez la Fédération bancaire européenne. Il s’agit d’une moyen des bénéfice offerts parmi un échantillon de banques européennes pour les contrat entre établissements de dépôt en euros d’une durée d’un an. C’est le mieux la plus utilisée.
Le Mibor est le “taux interbancaire à un an” et n’est qu’un indice officiel des prêts hypothécaires antérieurs au 1er janvier 2000L’évolution de ce type est presque identique à celle de l’Euribor.

Les entités IRPH (Index of Reference of Mortgage Loans of the Set of Entities) est le intérêt moyen des prêts hypothécaires de plus de trois ans accordés en les banques et les caisses d’épargne pendant une certaine période. Cet indice est introduit en avril 2012, date à laquelle deux références précédentes disparaissent : IRPH banks.

L’IRS (Interest Rate Swap). Il est nécessaire d’un indice à cinq ans, d’or lieu d’un an tel que l’Euribor. Ce nouveau intérêt de référence est introduit en 2012, car il est, en théorie, plus stable que l’Euribor, ce qui se traduit en une moindre oscillation des quotas.

Il convient de rappeler que le taux d’intérêt variable dépendra non seulement du bénéfice de référence, mais aussi du intérêt de référence + l’écart (par exemple Euribor + 2,1 %). C’est la somme du taux de référence et du pourcentage supplémentaire qui détermine qu’une offre est meilleure qu’une autre.

Exigences pour crédit immeuble

Normalement, les banques n’accordent des prêts hypothécaires qu’à concurrence de 80 % de la valeur d’expertise.
Les banques accordent généralement des prêts hypothécaires pour un montant maximum équivalent à 80% de la valeur estimée de la maison, à condition que le paiement à effectuer ne dépasse pas la limite de la dette de 30-35% du revenu mensuel net.
Mais il y a d’autres facteurs qu’ils considèrent vitaux pour déterminer votre capacité de payer, alors elles feront une étude de possibilité et vous demanderont de produire une série de documents qui peuvent être inclus :

• CNI / Passeport / Carte de séjour (NIE)
• Votre dernière déclaration de recette
• Vos deux dernières papier de paie dans l’hypothèse ou vous êtes salarié
• Copie du contrat de travail
• La dernière déclaration de TVA si vous êtes indépendant
• Un rapport d’évaluation de la maison
• Vérification du registre (note simple)

Liste de vos biens pour votre demande de prêt (autres biens immobiliers, voitures, placements, comptes bancaires, etc.)
De plus, si vous aviez des prêts d’autres entités, elles vous demanderont l’autorisation de consulter le CIRBE pour connaître le montant de vos dettes impayées et elles consulteront la banque de données RAI ASNEF pour savoir si vous avez eu des défauts.

Les frais mensuels

Le paiement revue est constitué de la partie de l’argent emprunté que vous remboursez (capital amorti) ce mois-là, plus frais d’intérêt. Ça dépend de :
• Le montant du capital prêté
• Le liaison d’intérêt
• La date butoire
• Le vogue de calcul

Vous calculez normalement la proportion à l’aide du système de remboursement constant, aussi connu désavantage le nom de système français. Cela signifie que le montant total à payer (capital couvert + intérêts) existera toujours le même pendant toute la durée du prêt (sauf en cas de révision à une augmentation ou à une diminution des causalité d’intérêt des prêts hypothécaires à effet variable), par contre pourcentages du capital assourdi et des intérêts varient.

L’intérêt est calculé en appliquant le bénéfice d’intérêt au capital impayé à un imminent donné. Par conséquent, dans les initial versements, vous paierez des intérêts sur la dette totale. Cet intérêt constituera la majeure partie du paiement total et vous ne rembourserez (rembourserez la dette) qu’une réduit partie du capital impayé. Mais à tout versement, le capital impayé est moyennement réduit, de sorte que le paye suivant, vous paierez un filet moins d’intérêts. Étant donné que le montant total de l’amortissement est le même, cela veut dire que vous amortirez davantage à chaque versement. Et ainsi de suite.

Les débours liées à l’achat de la maison et à la formalisation du crédit immeuble représentent grossièrement 10% du montant financé, et sont toujours à la charge de l’acheteur.
Au solde de vente de la maison, il faut ajouter une succession de dépenses liées à la formalisation du crédit immobilier, qui sont encore à la charge de l’acheteur, et frais d’achat vente.
• Évaluation
• Notaires
• Gestionnaires
• Vérification du registre
• Frais d’ouverture ou bien de subrogation
• Impôts sur la constitution de l’hypothèque
• Assurance de dommages.

L’assurance mensualités et la confirmation multirisque habitation sont facultatives. Toutefois, l’entité pourrait instituer de l’achat de l’un des deux ainsi qu’à des deux une condition pour négocier une amélioration du récit d’intérêt.

Les dépense totales de l’opération représentent, en moyenne, environ 10 % du montant financé. C’est-à-dire, pour une hypothèque de 200.000 €, vous paierez grossièrement 20.000 € de mise de fonds non récupérables (en plus du droit d’entrée).

 

comprendre le credit immobilier
4.9 (98%) 68 votes
 
Lire aussi :  credit immobilier taux caisse d epargne