Retraite à l’étranger : n’oubliez pas certaines formalités !

Retraite à l'étranger - Liaison Retraite

Si vous faites partie de ces 1 million de retraités qui ont décidé de passer leur retraite à l’étranger, quelques formalités administratives vous seront demandées !

1. Auprès de votre caisse de retraite

–  Vous devrez signaler au plus tôt votre nouvelle adresse et communiquer vos coordonnées bancaires à votre caisse de retraite.
– Chaque année (ou chaque trimestre selon les pays) vous aurez à compléter un formulaire intitulé « attestation d’existence » ou certificat de vie envoyé par votre caisse de retraite. Vous devrez le faire compléter par les autorités locales (mairie, bureau de police) ou le consulat de France et le renvoyer avant la date indiquée.

Mais, c’est quoi au juste un certificat de vie ? Il permet à votre caisse de retraite de s’assurer que vous êtes toujours en vie, avant de verser votre pension ! Ce justificatif est donc très important, car si vous ne l’envoyer pas dans les délais, le paiement de votre pension de retraite sera suspendu.

Attention ! Si vous percevez l’ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées) ou l’ASI (Allocation supplémentaire d’invalidité), elles ne vous seront plus versées. Ces allocations sont en effet soumises à condition de résidence en France.

Vous êtes domicilié fiscalement hors de France, votre retraite ne sera pas soumise aux prélèvements sociaux (CSG, CRDS et CASA). Cependant, si vous dépendez toujours du régime français d’assurance maladie, vous devrez vous acquitter d’une cotisation de 3,2% sur votre retraite de base et de 4,2% sur vos complémentaires.

2. Auprès de l’assurance maladie

– Informez votre caisse d’assurance maladie de votre départ et communiquez-lui votre nouvelle adresse.
Retraite à l’étranger dans un état membre de l’Union Européenne ? Vous devrez demander le formulaire E 121 /S1 à votre caisse de retraite. Ce document vous permettra de vous inscrire auprès de l’organisme de sécurité sociale de votre lieu de résidence. Vous bénéficierez ainsi de la prise en charge de vos soins médicaux selon la législation et les formalités en vigueur dans ce pays.
Retraite à l’étranger dans un état hors Union Européenne ? Vos frais de santé ne seront plus couverts par l’assurance maladie. Cependant, certains pays ont signé une convention de sécurité sociale avec la France pour permettre aux retraités affiliés au régime français et résidant sur leur territoire de pouvoir se faire rembourser leurs frais de santé.

Il est également possible de souscrire auprès d’une assurance privée (locale ou française).

Renseignez-vous auprès de votre caisse d’assurance maladie , du CLEISS (Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale), France diplomatie (Vivre sa retraite à l’étranger).

 

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous vous posez des questions sur votre carrière professionnelle, savoir s’il ne vous manque aucun trimestre, aucun point ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

 

Chômage : ce qui va changer au 1er juillet 2014 !

Chômage - Liaison Retraite

Le 22 mars 2014, les partenaires sociaux ont convenu d’un projet d’accord national interprofessionnel sur l’indemnisation du chômage. Les nouvelles règles entreront en vigueur au 1er juillet 2014 et s’appliqueront pour une durée de deux ans.

1/ Les droits à indemnisation seront rechargeables
Ce dispositif permet à un chômeur qui retrouve un emploi sans avoir consommé tous ses droits à l’assurance chômage, de conserver ce reliquat. S’il perd de nouveau son emploi, ce reliquat viendra s’ajouter aux droits acquis entre-temps. 150 heures de travail suffisent à ouvrir de nouveaux droits.
Actuellement, Pôle Emploi compare le reliquat aux droits nouvellement acquis pour ne retenir que la situation la plus favorable au chômeur.

2/ Simplification du dispositif « cumul activité réduite et allocation chômage »
Ce dispositif qui permet à un chômeur de cumuler une activité réduite et une partie de ses allocations, ne sera plus limité à 15 mois. Le chômeur percevra désormais, une allocation mensuelle diminuée de 70% de la rémunération brute qu’il aura perçue durant ses périodes de travail.

3/ Un différé d’indemnisation de 180 jours en cas d’indemnités supra-légales
Les salariés quittant l’entreprise avec d’importantes indemnités de départ devront attendre jusqu’à 180 jours pour toucher leurs allocations chômage. Cependant, le délai de carence reste plafonné à 75 jours pour les licenciés économiques.

4/ Les salariés de plus de 65 ans devront cotiser à l’assurance chômage
Les salariés de plus de 65 ans ne seront plus exonérés de cotisations chômage. Ils cotiseront comme les autres salariés.

5/ La borne des 61 ans repoussée à 62 ans
Actuellement, un chômeur qui atteint 61 ans et qui est en cours d’indemnisation, bénéficie du maintien de ses allocations jusqu’à ce qu’il totalise la durée d’assurance nécessaire pour l’obtention d’une retraite à taux plein. Cette borne est désormais portée progressivement 62 ans.

(Source : unedic)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous vous posez des questions sur le chômage et ses conséquences sur la retraite, n’hésitez pas contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Hausse des cotisations à compter du 1er janvier 2014

Liaison Retraite

A compter du 1er janvier 2014, les cotisations augmentent pour les salariés et les artisans/commerçants.
(suite…)