indemnisation chômage

Préretraite licenciement : est-ce toujours d’actualité ?

Préretraite licenciement

Qui peut encore bénéficier de la préretraite licenciement et quid de la préretraite amiante ?

Le FNE (Fond National pour l’Emploi) dit encore préretraite licenciement, n’existe plus depuis le 10 octobre 2011. Cependant, les conventions conclues avant le 1er janvier 2012, continuent toujours de produire leurs effets…

1. Qui continuent à bénéficier de la préretraite licenciement ?
Les salariés licenciés qui percevaient déjà l’allocation FNE avant le 1er janvier 2012, continuent d’en bénéficier jusqu’au terme de leurs droits.

Rappel des conditions d’accès :
– être âgé d’au moins 57 ans (exceptionnellement 56 ans) à la date de la rupture du contrat de travail,
– une convention doit être signée entre l’entreprise et l’Etat,
– avoir une ancienneté minimale de 1 an dans l’entreprise et cumuler au minimum 10 ans de salariat,
– ne pas bénéficier d’une pension de vieillesse.

2. Montant de l’allocation préretraite licenciement :
– 65% du salaire de référence, jusqu’à 3 129 €/mois (plafond de la sécurité sociale 2014),
– 50% de ce salaire au-delà, dans la limite de 6 258 €/mois (2 fois le plafond de la sécurité sociale 2014).

Le montant minimal de l’allocation est fixé à 31,70 €/jour.

3. Durée de versement de l’allocation préretraite licenciement.
Le salarié en préretraite perçoit l’allocation jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge légal de départ à la retraite, au plus tard à l’âge lui permettant de bénéficier automatiquement du taux plein (soit entre 65 ans et 67 ans, selon sa date de naissance).

S’il reprend une activité, le versement de l’allocation est suspendu. Le versement reprend à la fin de l’activité soit parce qu’il a été licencié ou a démissionné.

Quid de la préretraite amiante ?

Nous ne parlons plus de préretraite licenciement, puisqu’il ne s’agit plus d’un licenciement économique, mais d’une démission. En effet, le salarié qui peut bénéficier de la préretraite amiante, doit présenter sa démission à son employeur.

1. Qui peut bénéficier de la préretraite amiante ?
– Les salariés d’au moins 50 ans s’ils sont reconnus atteints d’une maladie professionnelle provoquée par l’amiante ;
– Les salariés ayant été en contact avec l’amiante.

Le salarié doit formuler sa demande d’allocation à l’aide d’un imprimé cerfa selon son statut professionnel et l’envoyer à la Cram de son lieu de résidence.

2. Allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (Acaata).
L’Acaata est calculée sur la base d’un salaire mensuel de référence (moyenne des 12 derniers salaires bruts).
Salaire de référence < 1 361,24 € : 85% du salaire de référence
Compris entre 1 361,24 € et 1 780,08 € : 1 157,05 €
Compris entre 1 780,08 € et 3 129 € : 65 % du salaire de référence
Compris entre 3 129 € et 6 258 € : 50 % du salaire de référence
˃ à 6 258 € : 0.

3. Durée de versement de l’Acaata.
L’Acaata est versée jusqu’à ce que l’allocataire bénéficie d’une retraite à taux plein.

 

Les bénéficiaires du FNE et de l’Acaata continuent d’acquérir des droits pour leur retraite : trimestres pour la sécurité sociale et points gratuits pour les complémentaires Arrco et Agirc.

 (source : www.lassuranceretraite.fr)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil sur le chômage ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Chômage et retraite : comment ça marche ?

Chômage et retraite - Liaison Retraite

La nouvelle convention assurance chômage est entrée en vigueur depuis le 1er juillet. Chômage et retraite : qu’est-ce qui change réellement ?

De nouvelles règles d’indemnisation du chômage sont entrées en vigueur depuis le 1er juillet 2014 et pour une durée de 2 ans. Petit rappel :

Les droits à indemnisation sont rechargeables. Ce système permet à un chômeur, qui retrouve un emploi sans avoir consommé tous ses droits à l’assurance chômage, de conserver ce reliquat. S’il perd de nouveau son emploi, ce reliquat viendra s’ajouter aux droits acquis entre-temps.
Simplification du dispositif « cumul activité réduite et allocation chômage ». Ce dispositif permet à un chômeur qui retrouve un emploi à temps partiel ou un CDD très court de cumuler une partie de ses allocations chômage avec son salaire et de repousser ainsi la fin de ses droits. La possibilité de cumuler allocation et salaire ne sera plus limitée à 15 mois.
Un différé d’indemnisation de 180 jours en cas d’indemnités supra-légales. Le délai reste plafonné à 75 jours pour les salariés licenciés « économiquement », mais il pourra atteindre jusqu’à 180 jours dans les autres cas.
Baisse de l’allocation chômage. Le taux appliqué au salaire journalier de référence baisse de 57,4 % à 57 % pour les chômeurs qui percevaient plus de 2 054 € brut par mois.
Les salariés de plus de 65 ans devront cotiser à l’assurance chômage comme les autres salariés.
– En enfin, la borne des 61 ans pour continuer à bénéficier des allocations jusqu’à la retraite à taux plein est repoussée à 62 ans.

Alors, chômage et retraite font-ils bon ménage ? Le chômage compte-t-il pour la retraite ?
Tout dépend de votre situation …

1. Vous avez eu des périodes de chômage antérieures au 1er janvier 1980 ? Tous les trimestres comptent, qu’il y ait eu indemnisation ou non.
2. Vous avez été indemnisé pendant votre période de chômage ? 50 jours indemnisés valident un trimestre (dans la limite de 4 trimestres/an).
3. Vous n’avez pas été indemnisé pendant votre période de chômage ? Ces périodes sont tout de même prises en compte dans certaines conditions :
– Si vous avez cessé d’être indemnisé : les périodes de chômage sont prises en compte dans la limite d’une année, ou de 5 années si vous avez au moins 55 ans et si vous avez cotisé auprès de l’Assurance Retraite pendant au moins 20 ans ;
– Si vous n’avez jamais été indemnisé : lors de la première période de chômage non indemnisé dans une carrière, on compte un trimestre par période de 50 jours de chômage, pour les périodes antérieures à 2011, et de 6 trimestres à partir du 1er juillet 2011.

Les caisses de retraite complémentaires vous attribuent également des points dits « gratuits ». Par contre, si vous n’avez pas été indemnisé, vous ne pourrez bénéficier d’aucun point.

Vous savez maintenant que vos périodes de chômage peuvent compter pour votre retraite. Mais, vos allocations seront-elles maintenues jusqu’à l’âge de votre retraite ?

Vos allocations vous seront versées jusqu’à votre retraite à taux plein, si à 62 ans :
– vous êtes en cours d’indemnisation depuis au moins un an,
– vous justifiez de 12 ans d’affiliation au régime de l’assurance chômage ou de périodes assimilées,
– vous justifiez de 100 trimestres validés par l’assurance vieillesse,
– vous justifiez, soit d’une année continue, soit de deux années discontinues d’affiliation dans une ou plusieurs entreprises au cours des cinq années précédant la fin du contrat de travail prise en compte pour l’ouverture de droit.

La nouvelle convention d’assurance chômage relève ainsi l’âge requis pour bénéficier du maintien des allocations jusqu’à la retraite taux plein. Il est porté à 61 ans et 2 mois pour les assurés nés en 1953, à 61 ans et 7 mois pour ceux nés en 1954 et à 62 ans pour les chômeurs nés à partir de 1955.
Ce décalage de 61 à 62 ans, résulte du report progressif de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans d’ici 2017, instauré par la réforme des retraites de 2010. Par ailleurs, la limite de versement des allocations chômage passe de 65 à 67 ans (suivant l’année de naissance).

 (source : unedic)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Chômage et retraite ? Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Chômage : ce qui va changer au 1er juillet 2014 !

Chômage - Liaison Retraite

Le 22 mars 2014, les partenaires sociaux ont convenu d’un projet d’accord national interprofessionnel sur l’indemnisation du chômage. Les nouvelles règles entreront en vigueur au 1er juillet 2014 et s’appliqueront pour une durée de deux ans.

1/ Les droits à indemnisation seront rechargeables
Ce dispositif permet à un chômeur qui retrouve un emploi sans avoir consommé tous ses droits à l’assurance chômage, de conserver ce reliquat. S’il perd de nouveau son emploi, ce reliquat viendra s’ajouter aux droits acquis entre-temps. 150 heures de travail suffisent à ouvrir de nouveaux droits.
Actuellement, Pôle Emploi compare le reliquat aux droits nouvellement acquis pour ne retenir que la situation la plus favorable au chômeur.

2/ Simplification du dispositif « cumul activité réduite et allocation chômage »
Ce dispositif qui permet à un chômeur de cumuler une activité réduite et une partie de ses allocations, ne sera plus limité à 15 mois. Le chômeur percevra désormais, une allocation mensuelle diminuée de 70% de la rémunération brute qu’il aura perçue durant ses périodes de travail.

3/ Un différé d’indemnisation de 180 jours en cas d’indemnités supra-légales
Les salariés quittant l’entreprise avec d’importantes indemnités de départ devront attendre jusqu’à 180 jours pour toucher leurs allocations chômage. Cependant, le délai de carence reste plafonné à 75 jours pour les licenciés économiques.

4/ Les salariés de plus de 65 ans devront cotiser à l’assurance chômage
Les salariés de plus de 65 ans ne seront plus exonérés de cotisations chômage. Ils cotiseront comme les autres salariés.

5/ La borne des 61 ans repoussée à 62 ans
Actuellement, un chômeur qui atteint 61 ans et qui est en cours d’indemnisation, bénéficie du maintien de ses allocations jusqu’à ce qu’il totalise la durée d’assurance nécessaire pour l’obtention d’une retraite à taux plein. Cette borne est désormais portée progressivement 62 ans.

(Source : unedic)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous vous posez des questions sur le chômage et ses conséquences sur la retraite, n’hésitez pas contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.