Actualités sur la retraite par Liaison Retraite

Retraite à l’étranger : n’oubliez pas certaines formalités !

Retraite à l'étranger - Liaison Retraite

Si vous faites partie de ces 1 million de retraités qui ont décidé de passer leur retraite à l’étranger, quelques formalités administratives vous seront demandées !

1. Auprès de votre caisse de retraite

–  Vous devrez signaler au plus tôt votre nouvelle adresse et communiquer vos coordonnées bancaires à votre caisse de retraite.
– Chaque année (ou chaque trimestre selon les pays) vous aurez à compléter un formulaire intitulé « attestation d’existence » ou certificat de vie envoyé par votre caisse de retraite. Vous devrez le faire compléter par les autorités locales (mairie, bureau de police) ou le consulat de France et le renvoyer avant la date indiquée.

Mais, c’est quoi au juste un certificat de vie ? Il permet à votre caisse de retraite de s’assurer que vous êtes toujours en vie, avant de verser votre pension ! Ce justificatif est donc très important, car si vous ne l’envoyer pas dans les délais, le paiement de votre pension de retraite sera suspendu.

Attention ! Si vous percevez l’ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées) ou l’ASI (Allocation supplémentaire d’invalidité), elles ne vous seront plus versées. Ces allocations sont en effet soumises à condition de résidence en France.

Vous êtes domicilié fiscalement hors de France, votre retraite ne sera pas soumise aux prélèvements sociaux (CSG, CRDS et CASA). Cependant, si vous dépendez toujours du régime français d’assurance maladie, vous devrez vous acquitter d’une cotisation de 3,2% sur votre retraite de base et de 4,2% sur vos complémentaires.

2. Auprès de l’assurance maladie

– Informez votre caisse d’assurance maladie de votre départ et communiquez-lui votre nouvelle adresse.
Retraite à l’étranger dans un état membre de l’Union Européenne ? Vous devrez demander le formulaire E 121 /S1 à votre caisse de retraite. Ce document vous permettra de vous inscrire auprès de l’organisme de sécurité sociale de votre lieu de résidence. Vous bénéficierez ainsi de la prise en charge de vos soins médicaux selon la législation et les formalités en vigueur dans ce pays.
Retraite à l’étranger dans un état hors Union Européenne ? Vos frais de santé ne seront plus couverts par l’assurance maladie. Cependant, certains pays ont signé une convention de sécurité sociale avec la France pour permettre aux retraités affiliés au régime français et résidant sur leur territoire de pouvoir se faire rembourser leurs frais de santé.

Il est également possible de souscrire auprès d’une assurance privée (locale ou française).

Renseignez-vous auprès de votre caisse d’assurance maladie , du CLEISS (Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale), France diplomatie (Vivre sa retraite à l’étranger).

 

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous vous posez des questions sur votre carrière professionnelle, savoir s’il ne vous manque aucun trimestre, aucun point ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

 

Retraite anticipée pour un fonctionnaire : 4 situations possibles

Retraite anticipée pour un fonctionnaire

La retraite anticipée pour un fonctionnaire relevant du régime de la CNRACL est possible dans 4 situations : carrière longue, handicap, parent d’un enfant handicapé, parent de 3 enfants.

1. Retraite anticipée pour carrière longue
Vous avez commencé à travailler avant l’âge de vos 20 ans ? Vous pouvez peut-être prétendre à un départ anticipé pour carrière longue à partir de 60 ans ou avant 60 ans.

Vous devez remplir 2 conditions cumulatives :
– Avoir commencé à travailler avant 20 ans, si vous souhaitez partir à 60 ans, ou avant 16 ou 17 ans, si vous souhaitez partir avant 60 ans et totaliser 4 ou 5 trimestres avant la fin de l’année civile de vos 16 – 17 ou 20 ans.
– Vous devez totaliser un certain nombre de trimestres cotisés en fonction de votre date de naissance.

La nouvelle réforme des retraites a élargi la liste des périodes cotisées. Ainsi, sont pris en compte :
– Les périodes de service national (dans la limite de 4 trimestres) ;
– Les périodes de maladie ou d’accident de travail (dans la limite de 4 trimestres) ;
– l’intégralité des périodes de maternité ;
– les périodes de chômage indemnisé (dans la limite de 4 trimestres) ;
– l’invalidité (dans la limite de 2 trimestres) ;
– les trimestres de majoration de durée d’assurance au titre de la pénibilité.

Exemple pour un départ à 60 ans : vous êtes né le 1er mai 1955. Vous pourrez partir en retraite anticipée dès vos 60 ans si vous remplissez les deux conditions suivantes :
– vous totalisez au moins 5 trimestres avant le 31 décembre 1975 (année de vos 20 ans) ;
et
– vous justifiez de 166 trimestres cotisés.

2. Retraite anticipée pour handicap

Pour bénéficier du départ à la retraite anticipée pour cause de handicap, vous devez :
– soit être atteint d’une incapacité permanente d’au moins 50%,
– soit être reconnu travailleur handicapé avant le 31 décembre 2015,
– et justifier d’une durée totale d’assurance minimale tous régimes de base confondus depuis que votre handicap a été reconnu.

3. Retraite anticipée pour un fonctionnaire parent d’un enfant handicapé

Vous avez 15 ans de service et vous êtes parent d’un enfant de plus d’un an invalide à 80%, vous pouvez obtenir une pension quel que soit votre âge si :
– vous avez interrompu votre activité professionnelle pour l’enfant. Celle-ci doit avoir été interrompue pendant au moins 2 mois consécutif au titre d’un congé maternité, congé parental, congé paternité …
– vous avez réduit votre activité professionnelle dans le cadre d’un temps partiel pour donner des soins à votre enfant handicapé (50% pendant au moins 4 mois consécutifs, ou 60% pendant 5 mois consécutifs, ou 70% pendant au moins 7 mois consécutifs).

4. Retraite anticipée pour un fonctionnaire parent de 3 enfants

Le dispositif prévoyant la possibilité pour un fonctionnaire parent de 3 enfants de liquider sa retraite sans condition d’âge, sous réserve de justifier de 15 ans de services, est supprimé depuis le 1er janvier 2012 (réforme des retraites de 2010). Toutefois, le dispositif est maintenu, si vous remplissez les conditions suivantes :
– Vous avez accompli 15 ans de services effectifs avant le 1er janvier 2012,
– Vous êtes parents de 3 enfants au 1er janvier 2012,
– Vous avez interrompu ou réduit votre activité professionnelle au titre des enfants dans les conditions décrites dans le paragraphe précédent. Seule cette condition pourra être remplie au plus tard le 1er janvier 2015.

(Cnracl)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous souhaitez savoir si vous pouvez partir en retraite anticipée, vous remplissez toutes les conditions ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Petites retraites ? 5 façons d’améliorer ses pensions …

Petites retraites

Vous venez de recevoir votre estimation indicative globale de votre caisse de retraite, et là surprise vous découvrez que vous allez percevoir de toutes petites retraites (base et complémentaires) ! Alors, que faire pour améliorer votre situation ?…

Avant : partir au bon moment !

Çà y est ! Vous avez l’âge pour partir à la retraite. Oui, mais …

– Assurez-vous avant de demander votre retraite que vous avez bien tous vos trimestres. En effet, si vous décidez de liquider vos retraites (base et complémentaires) sans avoir le nombre de trimestres requis, vous subirez une décote sur votre taux de liquidation sécurité sociale ainsi qu’un abattement sur vos points complémentaires. Et cette décote est à vie ! Donc continuez à travailler jusqu’à l’obtention de la totalité de vos trimestres ! Mais si l’idée de travailler davantage vous déplaît, il existe la solution de la retraite progressive. Ce dispositif vous permet de travailler à temps partiel tout en percevant une partie de vos retraites. Renseignez-vous auprès de votre DRH.
Ou …

– Pensez au rachat de trimestres ! Ce dispositif qui permet de racheter jusqu’à 12 trimestres peut être une solution pour atteindre plus rapidement le nombre de trimestres requis pour obtenir une retraite dite « entière » et ainsi éviter une décote. Attention, le coût d’un rachat de trimestres est assez onéreux et est fonction de l’âge et du revenu au moment où on en fait la demande. Faites une estimation avant de vous lancer !

– Vous avez l’âge, vous avez tous vos trimestres pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein ? Et si vous poursuiviez votre activité professionnelle ! Le fait de continuer à travailler au-delà de votre âge légal, vous permet de bénéficier d’une majoration de votre retraite de base, appelée « surcote ». Cette surcote est de 1,25% par trimestre supplémentaire, soit 5% de majoration sur votre retraite pour une année travaillée en plus (10% pour 2 ans, 15% pour 3 ans …) De quoi améliorer les petites retraites !

Après : le cumul emploi-retraite

Vous êtes retraité, mais vous percevez de toutes petites retraites. Pensez au cumul-emploi retraite ! Il est en effet possible pour un retraité de reprendre une activité professionnelle et donc de cumuler ses pensions et nouveau revenu. Le dispositif est applicable sur l’ensemble des régimes. Vous pouvez donc par exemple, reprendre une activité comme salarié ou vous lancer dans la création d’entreprise. Attention toutefois, les conditions d’accès au cumul emploi-retraite se sont durcies. Il faut désormais avoir cessé l’ensemble de ses activités professionnelles dans tous les régimes. Vous devez également justifier d’une durée d’assurance exigée pour le taux plein ou à défaut avoir 65 ans ou 67 ans (âge taux plein). Si les conditions ne sont pas remplies, vous bénéficierez du cumul partiel de vos pensions et de votre salaire. Le cumul partiel est plafonné à la moyenne des 3 derniers salaires perçus ou à 1,60 fois le montant mensuel du Smic.

Et puis, n’oubliez pas d’épargner dès que possible ! L’épargne permet de se constituer un capital ou de percevoir une rente au moment de la retraite. Il existe plusieurs dispositifs tels que l’assurance-vie, le Perp, le Perco ou le plan d’épargne d’entreprise. Contactez votre banque ou votre entreprise pour vous conseiller dans ces produits de placement.

Attention aux documents que vous recevez. Ils ne sont pas tous fiables. Il peut manquer des trimestres, des points complémentaires ou certaines informations comme les majorations de trimestres. Vérifiez votre carrière !

(Gip info retraite)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous souhaitez analyser votre carrière, vérifier qu’il ne vous manque aucun trimestre, aucun point, n’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

ASPA : revalorisation de 0,6% au 1er avril 2014

ASPA - Liaison Retraite

Le montant de l’ ASPA (Allocation de  Solidarité aux Personnes Âgées) s’élève à  792 €/mois depuis le 1er avril 2014.

Alors que le plan d’économie a prévu le gel des pensions de retraite, le gouvernement a voulu épargner  les petites retraites dont l’ ASPA. Une deuxième augmentation est d’ailleurs prévue le 1er octobre 2014.

 ASPA : conditions d’attribution

L’âge minimum pour bénéficier de l’ ASPA est fixé à 65 ans. Néanmoins, cet âge est abaissé à 60/62 ans pour les assurés considérés comme inaptes au travail (ou assimilés), les anciens déportés ou internés, les anciens combattants, les mères de famille ouvrière.

L’ ASPA peut être attribuée aux personnes seules, aux conjoints, aux concubins ou aux partenaires liés par un Pacs. Aucune condition de nationalité n’est requise. L’allocataire doit résider en France ou dans un département d’Outre-mer, au moins 180 jours par an.

L’ ASPA n’est due que si le total de cette allocation et des ressources personnelles de l’allocataire et du conjoint, du concubin ou du partenaire lié par un Pacs n’excède pas 792 €/mois pour une personne seule ou 1 229,61 €/mois pour un couple. Si ces plafonds sont dépassés, l’allocation est réduite à due concurrence.

Quelles ressources retient-on ?
– Les pensions de vieillesse et d’invalidité
– Les avantages viagers,
– Les revenus professionnels,
– Les biens mobiliers et immobiliers actuels ou dont les intéressés ont fait donation
– Les avantages en nature
– L’allocation aux adultes handicapés

La caisse de retraite prend en compte les ressources des 3 mois qui précèdent le début de l’ ASPA. Si ces ressources dépassent le quart du plafond de ressources annuel, les ressources prises en compte sont celles des 12 mois précédant le début de l’ ASPA.

Étant une aide sociale, l’ ASPA est récupérable sur la part de succession supérieure à 39 000 €.

(Source : www.service-public.fr)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions liées à la retraite. A chaque problème, une solution, n’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

 

Coup de pouce pour les pensions retraite inférieures à 1200 € !

Pensions retraite - Liaison Retraite

Les pensions retraite de moins de 1 200 € par mois seront épargnées par le gel annoncé dans le cadre du plan d’économies de 2014.

« Tous les retraités qui perçoivent jusqu’à 1 200 euros de pension (tous régimes confondus) ne [seront] pas concernés par le report d’un an de la revalorisation ». Cette annonce faite par Manuel Valls a été adressée le 28 avril dernier aux députés socialistes.

Alors que veut dire « tous régimes confondus » ? Il s’agit en fait de toutes les pensions retraite perçues : retraites de base + retraites complémentaires versées par les différents régimes auxquels le retraité aura cotisé au cours de sa carrière. Le montant à prendre en compte est la pension brute.

6,5 millions de retraités seraient susceptibles de bénéficier de ce dispositif, ce qui représente environ moins de la moitié des retraités. Ils bénéficieront donc d’une augmentation de leur pension de base (et pas la partie complémentaire), dès le 1er octobre 2014 et non le 1er octobre 2015, comme le prévoyait le plan d’économies. La revalorisation des pensions complémentaires est, elle, fixée par les partenaires sociaux qui ont décidé également de geler les pensions retraite jusqu’en 2015.

Cet assouplissement annoncé Manuel Valls, devrait amputer le plan d’économies de 300 millions d’euros.

Le plus difficile reste à venir, à savoir comment l’Etat va connaître le montant exact des pensions retraite « tous régimes confondus »? Il n’existe, à l’heure actuelle, aucun fichier susceptible de rassembler toutes ces données. Attention, donc aux erreurs !

(Source : Gouvernement)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous vous posez des questions sur votre parcours professionnel, souhaitez savoir si tous vos trimestres ont bien été comptabilisés, ou qu’il ne vous manque aucun point, n’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Cotisation chômage : les salariés de plus de 65 ans seront concernés

Cotisation chômage - Liaison Retraite

Les salariés de plus de 65 ans ne seront plus exonérés de cotisations chômage. Ils cotiseront comme les autres salariés.

L’accord sur l’Assurance chômage qui a été signé le 22 mars 2014 prévoit la création d’une « contribution spécifique de solidarité » pour les salariés ayant atteint l’âge et la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

Le taux de cette nouvelle taxe est équivalent au taux de cotisation chômage actuel, soit 6,40% réparti de la façon suivante : 4% à la charge de l’employeur et 2,40% à la charge du salarié.

Cette cotisation chômage est la conséquence de la réforme des retraites qui prévoit progressivement un passage à la retraite (sans décote) de 65 à 67 ans. L’Assurance chômage qui indemnise actuellement ses seniors jusqu’à 65 ans (taux plein automatique pour le régime de base) pourrait suivre la réforme en prolongeant son indemnisation jusqu’à 67 ans (pour les personnes nées à partir de 1955).
Mais, tout cela à un coût, et donc l’Unedic met à contribution les salariés seniors de plus de 65 ans. Ne pas oublier non plus, les salariés qui seront en situation de cumul emploi-retraite et qui devront également cotiser.

Cette nouvelle contribution devrait s’appliquer à compter du 1er juillet 2014 et être prélevée directement sur la fiche de paie comme pour les autres salariés.

(source : Unedic)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Suite à l’entrée en vigueur prochainement de la nouvelle convention Assurance-chômage, vous vous posez des questions sur votre durée d’indemnisation, le délai de carence ou le montant de votre indemnisation. Vous souhaitez connaître les conséquences du chômage sur votre retraite ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Chômage : ce qui va changer au 1er juillet 2014 !

Chômage - Liaison Retraite

Le 22 mars 2014, les partenaires sociaux ont convenu d’un projet d’accord national interprofessionnel sur l’indemnisation du chômage. Les nouvelles règles entreront en vigueur au 1er juillet 2014 et s’appliqueront pour une durée de deux ans.

1/ Les droits à indemnisation seront rechargeables
Ce dispositif permet à un chômeur qui retrouve un emploi sans avoir consommé tous ses droits à l’assurance chômage, de conserver ce reliquat. S’il perd de nouveau son emploi, ce reliquat viendra s’ajouter aux droits acquis entre-temps. 150 heures de travail suffisent à ouvrir de nouveaux droits.
Actuellement, Pôle Emploi compare le reliquat aux droits nouvellement acquis pour ne retenir que la situation la plus favorable au chômeur.

2/ Simplification du dispositif « cumul activité réduite et allocation chômage »
Ce dispositif qui permet à un chômeur de cumuler une activité réduite et une partie de ses allocations, ne sera plus limité à 15 mois. Le chômeur percevra désormais, une allocation mensuelle diminuée de 70% de la rémunération brute qu’il aura perçue durant ses périodes de travail.

3/ Un différé d’indemnisation de 180 jours en cas d’indemnités supra-légales
Les salariés quittant l’entreprise avec d’importantes indemnités de départ devront attendre jusqu’à 180 jours pour toucher leurs allocations chômage. Cependant, le délai de carence reste plafonné à 75 jours pour les licenciés économiques.

4/ Les salariés de plus de 65 ans devront cotiser à l’assurance chômage
Les salariés de plus de 65 ans ne seront plus exonérés de cotisations chômage. Ils cotiseront comme les autres salariés.

5/ La borne des 61 ans repoussée à 62 ans
Actuellement, un chômeur qui atteint 61 ans et qui est en cours d’indemnisation, bénéficie du maintien de ses allocations jusqu’à ce qu’il totalise la durée d’assurance nécessaire pour l’obtention d’une retraite à taux plein. Cette borne est désormais portée progressivement 62 ans.

(Source : unedic)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous vous posez des questions sur le chômage et ses conséquences sur la retraite, n’hésitez pas contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Décrets sur la validation d’un trimestre et la retraite anticipée à 60 ans

Liaison Retraite - Trimestre

Deux décrets d’application viennent de paraître. L’un porte sur les règles d’acquisition d’un trimestre, l’autre sur les conditions d’accessibilité à la retraite anticipée pour carrière longue.

1. Validation d’un trimestre : 150 fois le smic horaire.
Depuis 1972, le salaire minimal pour valider un trimestre était de 200 fois le smic horaire en vigueur au 1er janvier. Depuis cette année, les règles s’assouplissent. Il faut désormais percevoir une rémunération brute annuelle égale à 150 fois le smic horaire (150 × 9,53 €), soit :
– 1 429,50 € pour 1 trimestre,
– 5 718 € pour 4 trimestres.

C’est le montant du salaire qui donne lieu à attribution de trimestres, et non la durée du travail. Ainsi, une année entière (4 trimestres) peut être validée, même avec un temps partiel ou des périodes de travail discontinues, dès lors que les salaires perçus sur l’année équivalent à 4 × 150 smic/h (5 718 €). Sans réforme, la rémunération annuelle aurait été de : 4 × 200 smic/h (7 624 €).

Cette nouvelle mesure, plus favorable, va donc permettre aux temps partiels et aux travailleurs précaires (CDD, intérimaires) d’acquérir plus facilement des trimestres. Tous les régimes de base sont concernés par cette mesure y compris le régime social des indépendants et le régime des professions libérales. Les régimes de la Fonction Publique ne sont pas concernés, puisque les trimestres sont validés à partir du temps de travail effectif.

Rappel Liaison Retraite :
– Vous ne pouvez acquérir que 4 trimestres par an.
– Vous pouvez, sous certaines conditions, racheter des trimestres pour des années n’ayant pas pu donner lieu à validation de 4 trimestres.

(Source : Décret n° 2014-349 du 19 mars 2014)

2. Assouplissement des conditions d’accès à la retraite anticipée pour carrière longue. Le décret d’application qui entre en vigueur le 1er avril, permet d’assouplir les conditions de départ à la retraite à 60 ans, pour les personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans. Il élargit la liste des trimestres « réputés cotisés ». Ainsi, pour bénéficier d’un départ à la retraite à 60 ans, vous pouvez comptabiliser dans votre durée d’assurance :
– 4 trimestres de service national,
– 4 trimestres de chômage indemnisé,
– 2 trimestres d’invalidité,
– 4 trimestres de congé maladie ou accident du travail,
– tous les trimestres liés à la maternité (trimestre au cours duquel est survenu l’accouchement),
– et tous les trimestres de majoration de durée d’assurance attribués sur le compte personnel de prévention de la pénibilité (dispositif qui interviendra en 2015).

Point info Liaison Retraite : une personne née en mai 1957 pourra partir à 60 ans, si :
– elle totalise 5 trimestres avant la fin de ses 20 ans,
– elle totalise 166 trimestres cotisés et « réputés cotisés ».

(Source : Décret n° 2014-350 du 19 mars 2014)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez des questions concernant la retraite anticipée ou votre durée d’assurance (trimestres cotisés, validés), n’hésitez pas à contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Gel des pensions retraite Agirc Arrco

Ge des pensions retraite Agirc Arrco - Information, conseil avec Liaison Retraite

Les retraites complémentaires Agirc Arrco des salariés du privé ne seront pas revalorisées en avril 2014 …

Les partenaires sociaux gestionnaires des régimes Agirc Arrco ont décidé de maintenir les valeurs du point au même niveau que l’an passé, soit :
– 0,4352 € pour l’Agirc
– 1,2513 € pour l’Arrco

Pourquoi une telle mesure ? Celle-ci résulte de l’application d’un accord signé en mars 2013 entre les différents partenaires sociaux qui prévoit une désindexation des pensions de retraite pendant 3 ans, en raison d’une dégradation des comptes des régimes complémentaires Agirc/Arrco et d’une croissance économique très faible. Cet accord prévoit que la valeur des points est fixée « en fonction de l’évolution moyenne des prix hors tabac, moins 1 point, sans pouvoir diminuer en valeur absolue ».
L’inflation prévue par le gouvernement étant de 1,3% pour 2014, les pensions auraient dû être revalorisées de 0,3% (1,3% – 1). Cependant, l’inflation ayant été moins forte que prévue en 2013 (+0,74% au lieu de +1,75%), les caisses de  retraite ont décidé de rattraper ce décalage. Hors, ce calcul conduirait à diminuer le montant des pensions de retraite. Selon l’accord, la revalorisation ne pouvant être inférieure à 0, la valeur des points Agirc/Arrco restent donc au niveau de 2013. Aucune revalorisation des pensions en avril 2014.

(Source : communiqués de presse Agirc/Arrco)

Point info : vous souhaitez savoir combien vous percevrez de pensions retaites Agirc/Arrco ? Rien de plus simple ! Prenez le cumul des points que vous multipliez par la valeur du point.

Exemple : 3 000 points Arrco × 1,2513 € = 3 753,90 € brut / an.  8 000 points Agirc × 0,4352 € = 3 481,60 € brut/an.

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation… Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez des questions sur le calcul de vos retraites complémentaires, et souhaitez vérifier qu’il ne vous manque aucun point, n’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Retraite anticipée pour carrière longue

Retraite anticipée - Information, conseils avec Liaison Retraite

 

Retraite anticipée en 2013 : 147 208 départ en 2013 ! (suite…)