Retraite par capitalisation, retraite par répartition : quelle différence ?

Retraite par capitalisation - Liaison Retraite

Pour pallier aux carences de notre système de retraite par répartition, des dispositifs de retraite par capitalisation ont été mis en place et encouragés par la réforme des retraites de 2010. Mais quelle est la différence entre les deux systèmes de retraite ?

La retraite par répartition est basée sur la solidarité intergénérationnelle. Les cotisations des actifs et des entreprises servent à financer les pensions des retraités. Or, nous assistons depuis de nombreuses années à un déséquilibre entre actifs et retraités. L’arrivée à la retraite de la génération du baby-boom, l’allongement de l’espérance de vie, et l’augmentation du chômage, font qu’il y a moins d’actifs pour financer davantage de retraites pendant plus longtemps.

La retraite par répartition est obligatoire. Chaque actif quel qu’il soit, doit cotiser auprès d’un régime de retraite. Par exemple, les salariés du secteur privé doivent cotiser auprès de l’Assurance retraite pour la retraite de base et auprès de l’Arrco pour la retraite complémentaire (éventuellement Agirc pour les cadres).

L’érosion de nos pensions de retraite, la succession des réformes, font que de plus en plus de personnes sont attirés par la retraite par capitalisation. Mais, qu’est-ce que la retraite par capitalisation ?

C’est un système dans lequel on cotise non pas pour les autres (retraités) mais pour soi-même. La capitalisation peut être effectuée dans un cadre collectif ou individuel.
Les cotisations font l’objet de placements financiers ou immobiliers, dont le rendement dépend essentiellement de l’évolution des taux d’intérêt. Arrivé à la retraite, on dispose d’un capital qui peut être reversé sous forme d’une rente, généralement imposable. Alors que trouve-t-on comme dispositifs dans le cadre de la retraite par capitalisation ?

1. Les plans d’épargne salariale
Certaines entreprises mettent des dispositifs d’épargne à la disposition de leurs salariés : PEE et Perco.
– PEE (Plan d’Epargne Entreprise) : système d’épargne collectif qui permet au salarié d’augmenter ses revenus par la constitution, avec l’aide de l’entreprise, d’un portefeuille de valeurs mobilières. L’adhésion au PEE est facultative. Le salarié verse de l’argent sur le PEE et l’entreprise peut abonder. Les sommes épargnées sur le PEE sont bloquées pendant au moins 5 ans (sauf cas de déblocage anticipé autorisé).
– Perco (Plan d’épargne pour la retraite collectif) : il permet au salarié de se constituer une épargne retraite, accessible au moment de la retraite sous forme de rente ou de capital. Il peut y placer de la participation, de l’intéressement, d’un CET, et sa propre épargne. L’entreprise peut également abonder. Le Perco est constitué de valeurs mobilières.

2. Epargne individuelle
– Perp (Plan d’épargne retraite populaire) : c’est un contrat à souscrire auprès des banques ou compagnies d’assurances, mutuelle … Le capital constitué est reversé sous forme d’une rente viagère. Il peut également être reversé sous forme de capital, à hauteur de 20 %. Avant la retraite, l’épargne peut être débloquée que dans 5 cas : invalidité, fin de droits aux allocations chômage, liquidation judiciaire pour les non-salariés, surendettement, décès du conjoint ou du partenaire de Pacs. L’épargne est déductible de votre revenu global pour le calcul de l’impôt, mais dans certaines limites.
– L’assurance vie : tout comme le Perp, l’assurance vie est à souscrire auprès des banques ou compagnies d’assurances. Il existe différents contrat tels que les contrats en euros, les contrats multi-supports … En cas de déblocage avant 8 ans, les intérêts sont soumis, au choix, soit à l’imposition sur le revenu, soit à un prélèvement libératoire de 35% si le contrat à moins de 4 ans, de 15% s’il a entre 4 et 8 ans. Pour un retrait après 8 ans, ce prélèvement est ramené à 7,5%, et l’impôt n’est dû que sur la partie des intérêts excédant 4 600 € pour une personne seule, et 9 200 € pour un couple.

Il existe donc plusieurs façons de se constituer une épargne supplémentaire pour sa retraite. Mais attention, la retraite par capitalisation n’est pas sans risques. Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle crise boursière comme en 2008. Vaut mieux donc diversifier ses investissements. Les différents dispositifs de retraite par capitalisation sont complexes, répondent à une fiscalité différente. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre banque ou compagnie d’assurance avant de vous lancer.

(Source : service public)

 

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Apprentissage et retraite : régularisation des cotisations arriérées

Apprentissage et retraite

Vous avez été apprenti avant 1972 ? Mais, aucun trimestre n’apparait sur votre relevé de carrière ! Apprentissage et retraite, comment régulariser votre situation ? …

Depuis le 1er juillet 1972, l’employeur a l’obligation de rémunérer ses apprentis. Ce qui veut dire qu’avant 1972, l’apprenti pouvait ou non percevoir un salaire.

1.  Apprentissage et retraite : dans quels cas demander une régularisation ?
– Vous n’avez pas été rémunéré pendant votre période d’apprentissage.
– Les salaires perçus n’ont pas permis de valider la totalité des trimestres de la période d’apprentissage, car ils étaient d’un montant insuffisant.

Attention :
– les périodes à régulariser doivent être couvertes par un contrat d’apprentissage ;
– la régularisation porte sur la totalité de la période d’apprentissage ;
– si les salaires perçus ont permis de valider des trimestres correspondant à la durée de la période d’apprentissage, aucune régularisation n’est permise.
Exemple : vous avez été en apprentissage du 1er octobre 1969 au 30 juin 1971, soit 7 trimestres civils. Vous avez perçu des salaires vous permettant de valider 1 trimestre pour 1969, 4 trimestres pour 1970 et 2 trimestres pour 1971. Vous ne pouvez prétendre à la régularisation pour les années 1969 et 1970. Le nombre de trimestres validés correspond au nombre de trimestres d’activité.

2. Apprentissage et retraite : comment se calculent les cotisations ?
Votre ancien employeur refuse de régulariser la situation ? C’est à vous de payer les cotisations correspondant à votre période d’apprentissage.

Les cotisations sont calculées à partir d’une base forfaitaire, après déduction, le cas échéant, des salaires pour lesquels des cotisations ont été versées au titre de l’activité d’apprenti.

Assiette forfaitaire × taux des cotisations retraite de l’époque (parts salariale et patronale) × coefficient de revalorisation en vigueur à la date de versement des cotisations arriérées × une majoration d’actualisation de 2,5 %.

3. Apprentissage et retraite : auprès de qui faut-il s’adresser et quels justificatifs fournir ?
Vous devez adresser une demande écrite auprès de la caisse de retraite de votre lieu de résidence. Vous devez préciser les périodes d’apprentissage à régulariser, ainsi que les coordonnées de votre ancien employeur. Des justificatifs sont à fournir avec votre dossier :
– les bulletins de salaire de l’époque,
– le contrat d’apprentissage,
– le certificat de travail établi par l’employeur à la fin de la période d’emploi mentionnant que vous étiez apprenti,
– une attestation de la Chambre des métiers ou de la Chambre du Commerce et de l’Industrie,
– un diplôme d’apprentissage mentionnant les coordonnées de l’employeur.

Si vous ne pouvez pas produire de pièces justificatives, vous pouvez fournir une attestation sur l’honneur contresignée par deux témoins qui doivent avoir été salariés, apprentis ou employeur pendant la période à régulariser. Des entretiens sont à prévoir avec la caisse de retraite. Seul bémol, vous ne pourrez régulariser que 4 trimestres maximum.

Le paiement des cotisations s’effectue en une seule fois soit par chèque, soit par virement bancaire.

A réception de votre paiement, votre caisse de retraite procèdera à la régularisation de votre situation en reportant les salaires sur votre compte individuel

Le montant du versement est déductible de votre revenu imposable.

4. Qu’en est-il de la réforme de 2014 ?
La loi permet aux apprentis d’effectuer un versement pour la retraite à tarif préférentiel, pour les contrats d’apprentissage conclus entre le 1er juillet 1972 et le 31 décembre 2013. En effet, les apprentis perçoivent un salaire forfaitaire ne leur permettant pas d’acquérir 4 trimestres par an.

Pour remédier à ce problème, depuis le 1er janvier 2014, les cotisations des apprentis sont désormais calculées sur la base de leur salaire réel. Un versement complémentaire est effectué par le fonds de solidarité vieillesse de manière à permettre aux apprentis qui ont travaillé toute l’année de valider 4 trimestres par an.

(Source : lassuranceretraite)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Congé parental et retraites : quelles conséquences ?

Congé parental et retraites

Depuis le 16 juillet 1977, les pères et mères de famille peuvent bénéficier d’un congé parental pour s’occuper de leur(s) enfant(s). Mais quel est l’impact sur vos retraites de base et complémentaires ? Congé parental et retraites, à quoi avez-vous droit ?

Rassurez-vous, vous pouvez bénéficier d’une majoration de trimestres correspondant à la durée effective du congé parental. Vous avez pris un congé parental de 2 ans ? Vous aurez droit à 8 trimestres pour la retraite de base.

1. Congé parental et retraite de base de l’Assurance Vieillesse :

– Les trimestres sont retenus de date à date.  Le nombre de trimestres correspondant est arrondi au chiffre immédiatement supérieur. On valide 1 trimestre à la fin de chaque période de 90 jours. Le reliquat de jours permet de valider un trimestre supplémentaire.
Exemple : si vous avez pris un congé parental de 20 mois, vous bénéficiez d’une majoration de 7 trimestres d’assurance retraite (6 trimestres pour les 18 premiers mois + 1 trimestre pour les 2 mois restants).

– Vous devez avoir suspendu votre contrat de travail pour pouvoir bénéficier de la majoration de trimestres pour congé parental. En effet, si vous avez décidé de prendre un congé à temps partiel, vous continuez à percevoir un salaire. Vous acquérez donc des trimestres cotisés (1 429,50 € de rémunération permet de valider 1 trimestre). Vous pourrez tout de même bénéficier de la majoration pour enfant (congé maternité + congé éducation).

– La majoration pour congé parental ne se cumule pas avec la majoration pour enfant. Votre caisse de retraite compare vos droits acquis au titre de chaque majoration et retient le nombre de trimestres le plus favorable.
Exemple : pour un enfant né en janvier 2011, la mère a bénéficié d’un congé parental qui permet de valider 5 trimestres. Dans le délai de 6 mois suivant le 4ème anniversaire de l’enfant, les parents choisissent de répartir équitablement la majoration éducation : 2 trimestres à chaque parent. La mère bénéficie donc de 4 trimestres de maternité + 2 trimestres d’éducation. Au moment de partir à la retraite, la caisse de retraite retiendra le dispositif le plus avantageux pour la mère, soit les 6 trimestres de majoration pour enfant.

2. Congé parental et retraites complémentaires :

Puisque vous ne percevez plus de salaire, vous ne bénéficiez pas de points complémentaires, sauf si au sein de votre entreprise a été conclu un accord prévoyant le versement de cotisations.

En résumé, vous avez droit à des trimestres correspondant à la durée effective du congé parental, sans être cumulables avec la majoration pour enfant. Ces trimestres sont pris en compte dans votre durée d’assurance pour le calcul de la retraite de base. Néanmoins, aucun salaire n’est reporté sur votre compte retraite, puisque vous n’en percevez plus, sauf si vous bénéficiez de l’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF). De même, vous n’obtenez aucun point de retraite dans les régimes complémentaires.

(Source : service public)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.