Qu’entend-on par retraite pleine ?

Retraite pleine

Régulièrement employée par l’Assurance vieillesse, l’expression « retraite pleine » laisse perplexe ! Retraite à taux plein, retraite pleine est-ce la même chose ?

Et bien non. Une retraite à taux plein ne veut pas dire systématiquement retraite pleine (ou retraite entière). Alors quelle est la différence entre les deux ?

1. Retraite à taux plein.
La retraite à taux plein signifie que vous avez obtenu le taux maximal de 50%.

La retraite de base de la sécurité sociale est calculée de la manière suivante :

Moyenne des 25 meilleurs salaires (SAM) × 50% × Nbr trimestres Assurance vieillesse / Nbr trimestres de référence

Pour obtenir le taux plein de 50%, vous devez :
– À l’âge légal de départ à la retraite (62 ans selon votre année de naissance), avoir acquis un certain nombre de trimestres. Celui-ci varie en fonction de votre année de naissance.
Vous êtes né en 1955 ? Vous devez totaliser 166 trimestres tous régimes confondus. Ou,…
– Attendre votre âge « taux plein ». Vous n’avez pas le nombre de trimestres nécessaire pour l’obtention de votre taux plein 50% ? A 65 ou 67 ans (selon votre année de naissance) vous bénéficiez automatiquement du taux plein de 50%.

Si vous partez à la retraite dans le cadre de la retraite anticipée pour carrière longue ou handicap, dans le cadre de la pénibilité, invalidité, ou inaptitude, vous bénéficiez automatiquement du taux plein de 50%.

Mais, retraite à taux plein ne veut pas dire retraite pleine ou entière. Vous pouvez obtenir le taux plein de 50% mais avoir tout de même une retraite proratisée.

Exemple : Une personne née en 1956 totalisera 150 trimestres à 67 ans. Elle bénéficiera automatiquement du taux plein de par son âge. Cependant, sa retraite sera proratisée. Car, dans le calcul de la retraite, on tient compte des trimestres acquis dans le régime de base de l’Assurance vieillesse.

Moyenne des 25 meilleurs salaires (SAM) × 50% (car 67 ans) × 150/166

Attention, si vous souhaitez partir à votre âge légal (62 ans) sans avoir acquis le nombre de trimestres nécessaires à l’obtention du taux plein, votre taux de liquidation subira une décote calculée en fonction des trimestres manquants.

Par exemple, vous n’avez que 160 trimestres au lieu de 166 ? Votre retraite sera calculée de la manière suivante :

Moyenne des 25 meilleurs salaires (SAM) × 46,25% × 160/166

2. Retraite pleine.
Si vous avez obtenu le taux plein de 50% et que vous avez la totalité de vos trimestres dans le régime de l’Assurance vieillesse, vous avez une retraite pleine ou dite « entière ».

Vous êtes né en 1955 ? Pour pouvoir bénéficier d’une retraite pleine, vous devez totaliser 166 trimestres dans le régime de l’Assurance vieillesse.

Moyenne des 25 meilleurs salaires (SAM) × 50% × 166/166

(source : Assurance vieillesse)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Combien de trimestres pour la retraite ?

Trimestres pour la retraite

Tout dépend de votre année de naissance. La dernière réforme a allongé la durée d’assurance pour atteindre 172 trimestres pour les générations nées à compter de 1973. Alors, combien vous faut-il de trimestres pour la retraite ?

La durée d’assurance augmente de 1 trimestre tous les 3 ans à compter de la génération née en 1955. Ainsi, afin de bénéficier du taux plein de 50% de la sécurité sociale, vous devez avoir acquis un certain nombre de trimestres.

Trimestres pour la retraite :
1955/1956/1957 : 166 trimestres
1958/1959/1960 : 167 trimestres
1961/1962/1963 : 168 trimestres
1964/1965/1966 : 169 trimestres
1967/1968/1969 : 170 trimestres
1970/1971/1972 : 171 trimestres
A compter de 1973 : 172 trimestres (soit 43 ans)

Que prend en compte cette durée d’assurance ?
Vous devez comptabiliser comme trimestres pour la retraite à taux plein :
– les trimestres cotisés (trimestres acquis par vos cotisations, donc par vos salaires) ;
– les trimestres dits « assimilés » (chômage, maladie, invalidité, accident du travail, maternité, service militaire) ;
– les trimestres rachetés (rachat de trimestres pour études supérieures ou années incomplètes, activités à l’étranger …) ;
– les trimestres de majoration (maternité/adoption, éducation, congé parental, enfant handicapé, aidant familial d’un adulte handicapé).

Si vous avez été affilié auprès d’un autre régime de base, les trimestres acquis sont comptabilisés dans la durée d’assurance pour l’obtention du taux plein.

Calcul de la retraite sécurité sociale

– Exemple d’une personne née en 1956 ayant tous ses trimestres partant à 62 ans :

SAM (salaire annuel moyen calculé sur les 25 meilleures années) × taux de liquidation (50% si 166 trimestres tous régimes confondus) × 166 T (uniquement dans le régime de la sécurité sociale)/166 T

Exemple : 30 000 × 50% × 166/166 = 15 000 € annuel brut de pension de retraite sécurité sociale

Aussi, si vous n’avez pas le nombre de trimestres requis, une décote sera appliquée sur le taux de liquidation ainsi qu’une proratisation.

– Exemple d’une personne née en 1956 ayant 5 trimestres manquants partant à 62 ans :

SAM (salaire annuel moyen calculé sur les 25 meilleures années) × taux de liquidation (46,87% car 161 trimestres tous régimes confondus au lieu de 166) × 161 T (uniquement dans le régime de la sécurité sociale)/166 T

Exemple : 30 000 × 46,87% × 161/166 = 13 637,48 € annuel brut de pension de retraite sécurité sociale

Attention, si vous subissez une décote sur votre taux de liquidation, vos retraites complémentaires Arrco et éventuellement Agirc (si vous étiez cadre) seront impactées. Celles-ci seront calculées avec un coefficient d’abattement.

Afin d’éviter une décote sur votre taux, vous pouvez partir entre 65 ans et 67 ans selon votre année de naissance. Quelle que soit votre durée d’assurance, le taux plein vous sera accordé automatiquement. Votre retraite peut néanmoins être proratisée si vous ne totalisez pas le nombre de trimestres nécessaire dans le régime de la sécurité sociale.

– Exemple d’une personne née en 1956 ayant 5 trimestres manquants partant à 67 ans :

SAM (salaire annuel moyen calculé sur les 25 meilleures années) × taux de liquidation (50% car 67 ans) × 161 T (uniquement dans le régime de la sécurité sociale)/166 T

Exemple : 30 000 × 50% × 161/166 = 14 548,19 € annuel brut de pension de retraite sécurité sociale

(Source : Assurance Retraite)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.

Retraites des femmes : allons-nous vers plus d’égalité ?

Retraites des femmes

Face à l’inégalité des pensions de retraite hommes/femmes, la loi sur les retraites du 21 janvier 2014 a instauré une série de mesures en faveur des retraites des femmes. Alors, bonne nouvelle ?…

Les retraites des femmes sont inférieures à celles des hommes de 40% !

Pourquoi une telle inégalité ? Pour plusieurs raisons :
– Les différences salariales. Bien que des lois et décrets existent pour obliger les entreprises à agir pour endiguer les différences de salaires, les inégalités persistent.
– Le temps partiel. 80% des temps partiel sont occupés par des femmes.
– Les femmes ont des carrières plus accidentées du fait qu’elles sont plus touchées par le chômage et qu’elles s’occupent davantage des enfants.

Pourquoi ces différents facteurs impactent-ils les retraites des femmes ?

Ce sont les salaires perçus au cours de la carrière professionnelle qui déterminent le montant des pensions de retraite sécurité sociale et complémentaires.
La retraite de base de la sécurité sociale est calculée sur la moyenne des 25 meilleurs salaires plafonnés (salaire annuel moyen), à laquelle on applique un taux de liquidation.
Exemple n°1 : salaire annuel moyen : 30 000 €. La personne a tous ses trimestres.
Retraite sécurité sociale : 15 000 € brut/an.
Exemple n°2 : salaire annuel moyen : 20 000 €. La personne a tous ses trimestres.
Retraite sécurité sociale : 10 000 € brut/an

Pour les retraites complémentaires Arrco/Agirc, les points acquis sont calculés sur les cotisations.

Chômage, enfants ? Bien que la femme acquière des trimestres au titre du chômage, les indemnités perçues au cours de cette période ne sont pas prises en compte dans le calcul du salaire annuel moyen. Les caisses de retraite complémentaires accordent néanmoins des points gratuits pendant la période de chômage indemnisé.
Congé de maternité ? Congé parental ? Des majorations de trimestres leur sont attribuées. Jusqu’à présent, les indemnités journalières de maternité n’étaient pas pris en compte dans le calcul du salaire annuel moyen de la retraite de base (changement avec la nouvelle loi). Quoiqu’il en soit, aucun point complémentaire Arrco/Agirc n’est accordé pendant le congé parental.
Temps partiel ? Ce sont les salaires perçus qui déterminent le nombre de trimestres acquis et non la durée du travail.

Malgré les trimestres dits assimilés (chômage, maternité, congé parental, maladie …), les femmes valident en moyenne 20 trimestres de moins que les hommes. Leur retraite en sera donc impactée, car elle sera calculée avec une décote si la durée d’assurance n’est pas atteinte.

En résumé, quelles sont les avantages accordés aux femmes ?

– Majoration de trimestres pour chaque enfant (4 trimestres au titre de la maternité + éventuellement 4 trimestres au titre de l’éducation – ou trimestres au titre du congé parental si plus avantageux).
– Congé maternité : depuis le 1er janvier 2012, les indemnités journalières perçues au cours du congé de maternité sont maintenant prises en compte dans le calcul du salaire annuel moyen de la retraite sécurité sociale, à hauteur de 125 % de leur montant.
– Enfant handicapé : 8 trimestres supplémentaires peuvent être accordés si l’enfant est atteint d’une incapacité permanente d’au moins 80% et qu’il ouvre droit à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) et son complément ou à l’AEEH et la prestation de compensation du handicap (PCH).
– Majoration de pension pour avoir élevé 3 enfants : 10% pour la sécurité sociale. Les retraites complémentaires accordent également des majorations, mais elles sont limitées à un plafond.

Qu’apporte de plus la réforme pour les retraites des femmes ?

– 150 fois le smic horaire permet de valider 1 trimestre au lieu de 200 auparavant. Il faut donc percevoir au minimum 5 718 € brut de rémunération en 2014 pour valider 4 trimestres, au lieu de 7 624 €. Cela permet d’acquérir plus rapidement des trimestres.
– Tous les trimestres de maternité comptent désormais pour la retraite et sont réputés cotisés (ils comptent pour la retraite anticipée). Ainsi, pour les femmes qui attendent leur 3ème enfant ou ont une grossesse gémellaire, un deuxième trimestre leur sera attribué puisque le congé de maternité est de 26 ou 34 semaines. Attention toutefois, ce dispositif est valable si la personne n’a pas déjà acquis ses 4 trimestres par le biais de ses salaires, donc par cotisation.
– Les aidants familiaux (en majorité des femmes) d’adultes handicapés ou en perte d’autonomie bénéficieront d’un trimestre supplémentaire par période de 30 mois, dans la limite de 8 trimestres, comme celle qui est attribuée aux parents d’enfants handicapés.
– Pour les femmes qui participent à l’activité professionnelle de leur conjoint, elles pourront s’affilier à l’assurance volontaire vieillesse pour compléter leurs droits à la retraite.

L’écart entre les pensions de retraite hommes/femmes devrait diminuer vers 2020 selon l’Insee. Affaire à suivre  …

( source : www.insee.fr)

Liaison Retraite vous aide et vous conseille dans vos démarches administratives pour la retraite.

Bilan retraite, chômage, conseil retraite, formation retraite … Que vous soyez un particulier ou une entreprise, Liaison Retraite est votre Expert des questions Retraite. Vous avez besoin de conseil ? N’hésitez pas, contactez Liaison Retraite pour plus d’informations.